2 nov. 2017

Avis Lecture - Thérianthropia, tome 4 - Jessica Treuveur


Après son voyage légendaire sur Nixia, le Vas s’engouffre dans les profondeurs d’Oneiros, l’île bleue, l’île du Rêve. L’Elue et ses amis ne s’attendent pas alors à la déferlante d’émotions qui les assaille en pénétrant cette terre immergée particulière. Et ce qu’ils augurent encore moins est leur soudaine séparation.
Car si l’île engloutie est d’une douceur sans pareille, propice au repos, le retour en surface mène au chaos.
L’Elue doit faire face à une guerre intime et, pour sauver l’amour, elle est encore capable de plonger corps et âme dans l’obscurité.

  • • • •

Encore une fois, je suis bluffée. Bluffée par ce quatrième tome. Bluffée par ce que Jessica a été capable d’écrire.
Petite anecdote, le personnage représenté sur le roman est inspiré de la maman de l'auteure.

Si vous avez manqué les articles sur les tomes précédents, je vous invite à y jeter un coup d’oeil. Avis sur le tome 1, 2 & 3. Interview de l’auteure.
Il faut que je vous dise un truc. A chaque fois que je commence à un lire un nouveau tome de Thérianthropia, j’ai cette petite appréhension qui plane au dessus de moi. Celle de ne pas être aussi surprise, emportée que la fois précédente. J’ai peur que l’enchantement s’arrête. J’ai peur d’être déçue. Et waouh. Non seulement les tomes se suivent, ne se ressemblent pas mais en plus, le niveau de badassitude s’élève d’un cran.

J’ai tout d’abord été éblouie par le décor. La première partie du roman se déroule sur l’île Oneiros où les héros à la recherche d’un des joyaux de la Couronne Rouge, rencontrent de nouveaux personnages. L’île pose un cadre idyllique où règne une ambiance onirique envoûtante que j’ai tout simplement adoooré. C’est toujours aussi amusant de voir de nombreux petits clins d’oeils dissimulés ici et là, qui ne pourront pas vous échapper. Il y avait une touche de modernité dans ce tome qui m’a beaucoup surprise avec l’introduction d’objets et de concepts spécifiques de l’île Oneiros.




Encore une fois, l’action était là. Les scènes de combat mouvementées s’enchaînaient avec des révélations que je n’ai pas du tout vu venir (comme souvent).

La deuxième partie de l’histoire se centre sur l’île Maldacta, qui à l’opposé d’Oneiros n’est pas très rassurante. L’ambiance de Maldacta est teintée de mythologies égyptiennes et d’une culture caractéristique. Pirates, Malédictions et autres dangers complexifient l’avancée des personnages, qui, il faut bien le dire, réussissent toujours à se mettre dans des situations pas possible. On aime.
Bien sûr, les personnages se livrent. Tandis que des barrières tombent, de nouvelles déchirures apparaissent et les relations évoluent pas toujours comme on le pense. Les conflits intrafamiliaux se mêlent aux nouvelles relations. L’évolution des personnages suit une ligne authentique, fidèle à ce qu’ils sont.

Enfin, selon moi, ce tome a une portée beaucoup plus grande, puisqu’il fait écho à des sujets sociétaux actuels, tels que la place de la femme et l’égalité homme-femme dans la deuxième partie du roman. C’était assez surprenant de retrouver cet aspect dans le quatrième tome. Ca m’a vraiment surprise.




https://image.noelshack.com/fichiers/2017/43/6/1509202017-grands-diamants-6-petit.png

2 commentaires:

  1. Alors déjà : ce fan art est vraiment chouette ♥
    Ensuite je ne connaissais pas cette saga, je suis allée lire ton avis sur le tome 1 et j'avoue que c'est très intriguant ! L'auteure a l'air d'avoir une imagination débordante !

    RépondreSupprimer